Cette semaine Leonidas (technicien agricole et agent de liaison avec les communautés) et moi-même, nous nous sommes rendus 2 jours dans la communauté Oritoyaku. Ce village de 80 personnes va prochainementêtre relié à une route. Le développement connaitra une forte augmentation avec l’accès notamment à différents projets de Sylviculture et de reforestation jusqu’ici limités par le manque d’infrastructure routier.

 

La collecte de données GPS des différentes Fincas (fermes) fut l’objectif principal de notre mission. Cette étape est extrêmement importante pour les communautés. En effet cette collecte d’information est les prémices de tout projet en agroforesterie.

 

Les données GPS sont utilisées pour dessiner les différentes parcelles à l’aide du logiciel QGIS. Tout d’abord cela permet aux paysans d’avoir un visuel sur les délimitations de chaque parcelle et par conséquent de mieux gérer les rotations culturales et d’éviter certains conflits de territoire.

 

De plus des « contrats » avec le ministère de l’environnement peuvent être créés. Ces contrats autorisent la mise en place de projet en agroforesterie et de reforestation. Ils sont donc indispensables pour la pratique d’une activité en sylviculture raisonnable et responsable. Il est important de préciser que la sylviculture se pratique au travers de l’agroforesterie. Les arbres associés aux cultures vivrières et de rentes sont des espèces choisies pour la qualité du bois. Permettant ainsi de rentabiliser au mieux chacune des parcelles.

 

Cette mission a également permis de continuer la formation de Cesar, un jeune de la communauté Oritoyaku, à la collecte d’information et l’utilisation d’un GPS. Cesar ayant déjà participé à une semaine de formation il y a un moins à Mushullacta est particulièrement impliqué dans la mise en place de futur projet de reforestation.

 

Romain Faurie

Printemps, 2017.

Leave a Reply